Le candidat du Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) se dit convaincu de sa victoire à la présidentielle du 11 octobre.

image

Lansana Kouyaté est né en 1950 à Boffa.

Malinké par son père, Bagapar sa mère,enfance et scolarisation de base en Basse Guinée, en Haute Guinée et en Forêt (à N’Zérékoré et Kissidougou), Lansana KOUYATE se distingue comme la synthèse de facettes culturelles différentes ; Une synthèse de la Guinée nouvelle.

En 1975, il achève ses études supérieures, à l’Institut polytechnique Gamal Abdel Nasser de Conakry. Obtient son Diplôme d’études supérieures (DES) avec la mention honorable, à l’École Supérieure d’Administration, l’une des facultés de l’institut. Il intègre jeune l’administration de son pays.

Lansana KOUYATE – GESTIONNAIRE

Ses premiers postes d’affectation dans la fonction publique guinéenne dénotent déjà de quelques aptitudes à la responsabilité et à la coordination :

– 1976 Directeur de la main-d’oeuvre.

– 1977 Directeur des prix et des statistiques à l’Office de la coordination financière pour l’industrie, une administration centralisant les activités de quarante entreprises d’État.

– A partir de 1982, il est promu Directeur général adjoint d’un important projet de développement rizicole, conjointement financé par l’USAID, la BAD et le FIDA. Cette responsabilité au sein d’un projet qui a pour vocation de planifier le développement rizicole dans un pays où l’aliment de base est le riz, lui permettra d’affiner ses qualités de décideur, ses connaissances du monde paysan et, déjà, d’étoffer son réseau de relations.

Lansana KOUYATE – DIPLOMATE

En 1983, Lansana KOUYATE entre en diplomatie et assume plusieurs fonctions, dont entre autres:

– Ambassadeur de Guinée en Égypte, au Liban et en Turquie.

– Représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Somalie dans le cadre de UNOSOM.

– Sous-secrétaire général chargé des Affaires politiques pour l’Afrique et le Moyen-Orient, parallèlement Vice président l’ECOSOC (Conseil Economique et Social des Nations Unies).

– Secrétaire exécutif de la CEDEAO.

Cette longue carrière diplomatique, lui a permis d’être un habitué des arcannes des Organisations Internationales (Nations Unies, Union Africaine, CEDEAO, Francophonie) et des Grandes chancelleries.

Lansana KOUYATE est aujourd’hui l’un des rares Guinéens ayant autant d’expériences internationales et un carnet d’adresses des plus fournis. Ce faisceau de relations importantes sera un atout majeur pour la Guinée.

Lansana KOUYATE – LEADER POLITIQUE

Il a répondu à l’appel de ses compatriotes en accédant au poste de Premier Ministre en Mars 2007, dans des circonstances douloureuses où la Nation était au bord du précipice.

Face à un paysage économico-social catastrophique, et malgré les hostilités, et des adversités dressées sur son chemin, Lansana KOUYATE en patriote a pu néanmoins fixer les repères, tracer la voie et tenter de remettre en marche une Guinée si riche mais si meurtrie par des années de mauvaise gouvernance et d’incohérences.

C’est pour parachever et approfondir le programme qu’il avait commencé à mettre en oeuvre comme Premier ministre, que Lansana KOUYATE, avec d’autres guinéens, est descendu dans l’arène politique en créant un Parti Politique : le P.E.D.N., afin de faire renaître l’espoir et mettre le pays sur les rails du développement.

Le P.E.D.N. souhaite une refondation qui passe, par un nouveau contrat social susceptible de ramener en Guinée, la confiance, l’espoir, substrats de tout progrès.

POSITION DU P.E.D.N. SUR LA TRANSITION DEMOCRATIQUE

Le Président du P.E.D.N. a été la première personnalité à approuver sur les Radios internationales, l’action de l’armée au lendemain de la disparition du Président Lansana Conté.

Le P.E.D.N. considère que cette prise du pouvoir par les jeunes officiers était un passage obligé pour assurer à notre pays une transition organisée vers un véritable État de Droit.

Le P.E.D.N. considère que, sans cette action salvatrice du CNDD le 23 Décembre 2008, notre pays serait plongé dans une anarchie aux conséquences incalculables tant l’État était devenu évanescent et l’Assemblée nationale, dont le Président était censé conduire la transition, était sans mandat légal depuis 2 ans.

Le P.E.D.N. soutient le programme actuel du CNDD axé sur la restauration de l’autorité de l’État, et l’aseptisation de la vie nationale par la lutte contre toutes les criminalités : drogues, grands banditismes, délinquances financières, corruptions, etc. La gangrène est si ancrée, qu’aucungouvernement civil ne peut l’extirper.

Le P.E.D.N. est conscient de la nécessité de doter notre pays le plus tôt que possible d’une constitution et d’institutions démocratiques. Cependant pour que ce retour à une vie constitutionnelle normale soit pérenne, il est impérieux de poser des jalons sûrs à chaque étape de la transition car toute précipitation ou improvisation dans ce domaine pourrait faire renaîre le cycle de sélections chaque fois contestées et boucher ainsi l’avenir démocratique auquel on aspire tous.

Pour le P.E.D.N.,les problèmes à résoudre sont si graves et les obstacles si nombreux, qu’il n’est pas réaliste de penser que des élections sérieuses et crédibles sont possibles avant fin 2009.
Il est crucial de veiller sur le processus de recensement électoral et s’assurer que celui-ci a été fait correctement avant les élections. Un mauvais recensement est le terreau fertile pour des frustrations et contestations.
Les élections doivent être préparées au mieux pour que les résultats soient incontestables. Cette étape ne doit pas être précipitée pour gagner du temps comme cela semble être la tendance aujourd’hui.

Publicités

A propos Amadou Bokoum

Entrepreneur| bloggeur| consultant en webmarketing| ce moment assistant DG a Macky BTP sarl|  Foundateur de la plate-forme pour Jeune entrepreneur "Savoir Entreprendre" et du Blog de contribution guinéen "Anadi-Guinee" | membre fondateur de l'ONG AGICOM | président du collectif Citoyen224.
Cet article a été publié dans Accueil, politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.